Publié par : Gaëlle | 27 janvier 2013

Creativa & de l’élevage de pelotes en appartement

C’était Créativa à Montpellieeeer !

On y est allées avec Pauline et Isabelle, pour rendre visite à Annette et Olivia.

Et du coup, bon, j’ai acheté des pelotes :

2013-01-27_16-41-00

(C’est du bambou dentelle et je sais pas ce que je vais en faire, mais on s’en fiche, ça briiiille) (en fait, si, j’ai ma petite idée. Je vous dirai pas, ce sera pour le prochain post de dans 6 mois)

Et après on a trouvé un stand avec des boutons (des grands, des petits, des à fleurs, des arcs-en-ciel, des nounours, des tours Eiffel…) et on s’est un peu emballées :

2013-01-27_16-38-34

(Boutons pour les 10 ans à venir)

Et comme à un moment on a eu une discussion très intéressante sur comment ranger son stash et comment une notion telle que « j’ai de la laine dans et aussi autour de mon coffre » était floue, je me suis dit que j’allais clarifier tout ça (même si tu t’en fiches) (au moins ça me fera une trace de ce que j’ai et de où que c’est).

Et donc :

SPATIALISATION DU CONTENU « DANS, AU-DESSUS ET AUTOUR DU COFFRE » ou Comment élever la laine (et le tissu) dans un 24m², est-elle heureuse et faut-il la stériliser ?

1. Le COFFRE et son « au-dessus » :

2013-01-27_16-41-24

1-Le fameux coffre : traîne dans la famille depuis un certain temps. Je soupçonne qu’ils ont été contents de s’en débarrasser.
2- Sac à « bazar couture » (en paquets de café recyclés) : patrons, bidules moitié finis, facturettes antiques et à moitié effacées.
3- Malle à couture (plus vieille que moi, pas pratique mais valeur sentimentale : c’était ma malle à fringues de Barbie).
4-Sachets divers contenant de la laine.
5-Fer à repasser. Peu décoratif mais trop utile pour être rangé hors de portée du regard. Toute façon, c’est pas D&Co ici.

2. AUTOUR du COFFRE (à coté du fauteuil, en haut à droite) : machins que je veux attraper sans avoir à me lever. Divers sacs à tricot, ukulélé.

2013-01-27_16-41-36

4. INVENTAIRE : « AU-DESSUS DU COFFRE »; contenu des sachets.

2013-01-27_16-46-58

1-Une demi-bande de début de Rock Island. Le fil qui va avec (du Katia Merino Inox Lace).
2-Pelotes pour mon « Marronje »
3- Tissu. Pour une robe à col bénitier, ou peut-être autre chose, je sais pas, et qu’est-ce que je fais si je me rate parce qu’il est trop joli pour se rater et il est tout glissant, ça va être l’enfer à coudre ?
4-Pelotes pour Wren. J’attends l’été pour le commencer.
5-Cone de Frangipani. Pour Thermal (mon deuxième, parce que le premier était trop turquoise).
6-Echevaux à moitié pelotés de Sheperd’s Own pour Joanie (un jour…)
7-Du YAK ! En vue d’un machin à chevrons, ça lui irait bien.

5. INVENTAIRE. Dans les sacs à tricot.

2013-01-27_16-52-26

1-Ukulélé (avec un dauphin, parce que c’est l’ami des enfants, et jaune vif. De toute façon t’as l’air débile quand tu joues avec). Rien à faire dans cet article, on est d’accord.
2- Non, ça c’est rien du tout.
3- Marronje et ses pelotes.
4-Aiguilles (moitié dans la trousse, l’autre moitié monopolisée par un tricot quelconque).
5-C’est le pull de Watson. A finir rapido pour le mettre tant qu’il fait encore froid (mais c’est probablement illusoire).
6- New Slang (alias mon châle de bonne groupie, mais je raconterai l’histoire quand il sera fini. Probablement autour de mars 2014).

6. INVENTAIRE. DANS le COFFRE.

2013-01-27_17-04-16

1- Coupon de 3 mètres par 1,50 de tissu d’ameublement orange. Utilisé 50cm pour mes rideaux. Aucune idée de quoi faire avec le reste.
2-Lin restant des rideaux. Bout de molleton restant de ma housse-à-ukulélé.
3-Divers petits bouts de tissu « pas assez pour un projet complet, mais y’en a trop pour le jeter ». Plus des jambes de jeans, je ne sais plus pourquoi.
4- Restes de laine. Voir ci-dessus.
5- J’ai sauté le 5. Je ne re-modifie pas la photo.
6- Hibou sent-bon. Fonction anti-mites (probablement imaginaire)
7- Un sac en chantier commencé en 2010. Serait très beau si je me décidais à le finir.
8- Ah, c’est là qu’elles étaient ! Pelotes pour chaussettes (Kalajoki).

6 bis. Toujours dans le coffre. Vêtements moitié cousus.

2013-01-27_17-11-38

1. Chemise qui devrait être chaude. La première fois que je couds des vrais poignets, j’ai passé 2h à comprendre dans quel sens il fallait coudre les petits biais et si c’était sur l’endroit ou l’envers. Si je viens vous montrer les poignets de ma chemise la prochaine fois, extasiez-vous et ne faites pas remarquer qu’ils ne sont pas symétriques.
2- Haut d’été. En voile transparent doublé, grosse misère. 2 coutures (d’épaules) et un bâti au compteur.
3-Haut d’été (en coton, c’est plus raisonnable).
4-Tissu qui reste d’une robe que j’ai cousue vers 2009. En faire une chemise.
5-Piège ! C’est pas un en-cours, c’est fini et c’est trop petit (robe cousue nez dans le guidon pour aller à un mariage). A réessayer; si j’ai pas maigri, je récupère la fermeture invisible, le reste passe à la trappe.

6 ter. Encore le coffre.

2013-01-27_17-16-12

1-Coupon de tissu épais. Assez pour 1 jupe, 1 autre jupe, un pantalon et probablement le petit veston assorti.
2-Tissu du salon de Sainte-Marie-aux-Mines (je sais pas quoi en faire mais il est trop mignon).
3-Jerseys. Plus ou moins entamés.
4-Jersey du salon de Sainte-Marie-aux-Mines (je sais pas quoi en faire mais il est trop mignon, bis).
5-Tissu du salon de Sainte-Marie-aux-Mines (je sais pas quoi en faire mais il est trop mignon, ter).
6-Lainages extensibles « pour des robes bien chaudes ».
7-Bazar à broderie.
8-Tissu trop joli gris. Reste d’une robe.
9-Tissu trop joli bleu. Reste d’une robe.

6 (final). Dans le coffre.

2013-01-27_17-18-42

1-Encore des petits bouts que je garde depuis des années.
2-Coton prune. Reste d’une chemise qui m’était trop grande.
3-Jersey violet. Pour une robe, ou un pull, voire les deux.
4-Reste d’une robe portefeuille. Faire une chemise avec.

CONCLUSION:

1. C’est un grand coffre (et encore, c’est qu’une moitié : dans l’autre il y a mes sacs de voyage)
2. J’ai visiblement moins de scrupules à accumuler du tissu que de la laine, à en acheter sans savoir quoi faire avec. Ce que ça révèle sur ma psyché ?
3. Je suis peut-etre légèrement bordélique. M’en fiche, ça dérange personne.
4. Finalement, cet atelier-là est mieux rangé que le mien (ou au moins, j’ai l’honneteté de prendre des photos sans planquer le bazar d’abord, moi).
5. Je vais prendre 10 ans de vacances et coudre/tricoter tout ça. C’est ma bonne résolution.

Publié par : Gaëlle | 8 septembre 2012

Ravellenics-la moisson #1

Alors, les JO, le dépassement de soi, tout ça. Bon, je crois que je me suis pas mal dépassée.

Tellement que pour une fois, il va y avoir 2 projets en un seul billet.

D’abord, tricoté le week-end de la cérémonie d’ouverture :

(Vous avez vu cette cérémonie ? Mister Bean, James Bond, des corgis et la reine en parachute ! J’étais hystérique devant ma télé, j’espère que les voisins n’ont pas eu trop peur…)


Elly en Malabrigo Arroyo, coloris « Glitter » que j’avais acheté chez Lil’ Weasel, et non pas rapporté en direct-live des Andes comme le pensaient les clients à coté de notre table chez le glacier où nous avions délocalisé notre café-tricot (ils ont été un peu déçus de savoir que je n’avais été que jusqu’à Paris pour acheter mon écheveau, et qu’il n’avait pas été rapporté d’Uruguay à dos de lama puis filé à la main).

Et ensuite, tricoté lors du dernier week-end des JO :

(je ne sais pas pourquoi j’étais persuadée que les Ravellenics se finissaient le vendredi soir; alors bon, quand j’ai réalisé qu’en fait j’avais encore 2 jours complets, j’ai monté mes mailles vite-fait pour voir si j’allais arriver à caser encore un projet avant la fin. D’abord pour un Rock Island, et comme je trouvais le fil un peu gros et que je n’aimais pas le rendu, pour ce châle-ci) :

Le Holden shawlette (lien Ravelry) en Malabrigo Sock coloris Persia, acheté l’an dernier chez la Fille du Tailleur (si les clients du glacier savaient que celle-là, je ne suis allée la chercher qu’à Nîmes…)

Et donc, la dernière maille a été rabattue vers minuit devant la cérémonie de fermeture des JO (vous avez vu cette cérémonie ? Le Monthy-Python-Homme-Canon ? Les Spice Girls ? Les Spice Girls !! J’étais hystérique devant ma télé, j’espère que les voisins n’ont pas eu trop peur…)

Et entre les 2 cérémonies, il y a eu un gilet. Mais lui, ce sera pour la prochaine fois !

Publié par : Gaëlle | 28 juillet 2012

N’en déplaise au US Olympic Committee*, le tricot, c’est bel et bien du sport.

Do not listen the US Olympic committee. Knitting is sport.

Ainsi, participer aux Ravelympics** Jeux Ravelleniques demande une préparation physique et mentale sérieuse.

And so, participating in Ravelympics** Ravellenic games asks for a serious physical and psychical preparation.

Image

Ainsi qu’une préparation des instruments millimétrée.

And a great instrument preparation, too.

Image

Prêts ? A vos marques… Tricotez !

So now… Ready ? Steady… Cast on !

Image

Alors, qui participeaux Jeux ?

Who’s entering in the the Games ?

*Une sombre histoire dans laquelle le USOC, pas content de voir qu’un site de tricot détournait l’usage sacré du mot « Olympique« , l’a fait savoir dans une lettre pas très polie. D’où ire.

*Awful story where the USOC, angry that a knitting site dared to use the word « Olympic » for knitting, sent to Ravelry an unclassy letter.

** J’arrive pas à m’habituer au nouveau nom.

**Can’t get used to the new name.

Publié par : Gaëlle | 7 juillet 2012

Mes chaussures fleurissent (enfin)

Au commencement, il y a eu ceci.

 

Ça faisait un déjà un petit moment que je bavais sur les fabuleuses Converses rebrodées par FacileCecile, quand j’ai trouvé une paire d’imitations à 5 euros.

Je les ai achetées, avec derrière la tête l’idée de moi aussi les couvrir de broderies. On était fin 2009.

J’ai brodé (lentement), à la ville et à la campagne, toute seule et en public. Je me suis retrouvée à court d’inspiration. J’ai défait. J’ai racheté du fil. J’ai tricoté. J’ai déménagé (deux fois) avec dans mes valises, mes chaussures inachevées, mes fils et mon dé à coudre planqués dedans. J’ai pris comme bonne résolution de les finir 3 ans de suite.

 Et récemment, j’ai décidé de ne plus essayer de « finir », et de les porter comme ça. Evidemment, il y a encore la place de broder, et certains endroits font un peu vide, mais à ce rythme j’aurai 72 ans au moment ou je les mettrai enfin.

 Le coté « automne » est le seul que je trouve terminé pour de vrai :

De l’autre coté, c’est l’hiver :

Sur l’autre chaussure, on a le printemps :

Et l’été :

La floraison est tardive, mais au final je l’aime bien, ce jardin.

Publié par : Gaëlle | 24 juin 2012

La brochette

Une étrange épidémie sévit en ce moment à Strasbourg. Plusieurs tricoteuses semblent souffrir d’un mal étrange, qui les a obligées à commencer tout de suite un Gemini.

Le foyer de cette étrange épidémie est maintenant connu. En effet, il semble que le point commun entre toutes ces tricoteuses soit le Café-Tricot de Strasbourg.

Nous déplorons déjà plusieurs victimes arrivées au bout de leur forfaiture : Venusia, MetropoliMarjofil, Cally, et j’en oublie probablement. La contagion est galopante.

Il faut dire que ce virus est particulièrement adapté aux fortes températures que nous connaissons actuellement, et (relativement) facile et rapide à tricoter*.

Et qu’une fois fini, il est beau devant-derrière et derrière-devant et vice-versa, chic et décontract’, enfin bref, extrêmement adaptable.

Il paraîtrait donc qu’à Strasbourg, lors de la Journée mondiale du Tricot, on ait pu voir une belle brochette de Gemini.

L’épidémie prendra-t’elle à Montpellier ? Le suspense est insoutenable.

*A condition évidemment de ne pas prendre une laine deux fois plus épaisse que celle prévue, comme par exemple de la Linda de Monsieur Lang**, et donc de ne pas avoir à tout recalculer pour que le dentelle du début tombe juste.

**Que je lave dans l’eau pure et fraîche, et caetra et caetra***.

***Non, je ne me lasse pas de cette blague.

Publié par : Gaëlle | 24 mai 2012

Deluxe



C’est le moment de sortir les T-shiiiirts !

De luxe de préférence les T-shirts. En soie, par exemple.

Voilà un « Rose/Rouge » mais en fait rose/orange, en Seta Tweed de monsieur Lang, que je lave religieusement à la main dans de l’eau fraîche et pure* au clair de lune (comment ça, j’en fais trop ?)

*En réalité, l’eau d’ici est suffisamment calcaire pour produire une mini grotte par semaine dans ma bouilloire et ça pourrit mon thé.


Time for T-shirts !

Luxury T-shirts, preferably, for example silk ones.


Here is a pink/orange « Pink/Red » (that’s the pattern name) in Seta from Lang.

Publié par : Gaëlle | 28 avril 2012

A l’endroit à l’envers

Alors alors… L’an dernier, on m’a demandé de tester une laine, de la pure Merino lace venue en direct d’Uruguay. Durant quelques semaines, j’ai réfléchi à ce que j’allais faire avec cet écheveau qui, m’avait-on assuré au café tricot, m’allait bien au teint.

Je sais que la dentelle en laine qui change, c’est pas toujours du joli. Mais Jeanie ? Mi-dentelle mi-torsade, 100% beau des 2 côtés, 100% galère, 100% répétitif ? Mais oui, allez, et comment donc, tentons la chose.

Nous voici 1 an plus tard, Jeanie tombe de mes aiguilles, et je ne sais toujours pas si je l’aime jusqu’à que je laisse tomber toutes les mailles qui doivent tomber. Le motif ajouré se révèle enfin.

Ah bah oui, je l’aime bien.

Publié par : Gaëlle | 15 mars 2012

… et au revoir l’hiver


On ne va quand même pas oublier l’hiver comme ça. Disons-lui au-revoir dignement.

Surtout qu’à mon goût il n’a pas duré très longtemps ici. Je n’ai même pas eu le temps de mettre tous mes gros pulls que les amandiers étaient en fleur. Et les mitaines, n’en parlons pas, le temps que je les finisse et paf, le printemps.

Enfin, je finirai bien par me faire à tricoter des T-shirts. Assez facilement, même, je crois.


Winter Twilight mitts
, en Alpaca de Plassard. Au revoir l’hiver, et à l’année prochaine !

Let’s not forget winter so quickly. Let’s say a proper goodbye. The winter I spent has been too short for me, and I didn’t even wear all my thick sweaters.


Not to mention those Winter Twilight mitts I made in Plassard Alpaca. I finished them and two days after almond trees were flowering. Well, I shall get used to knit only T-shirts. Easily, I even think.


So see you next year, winter !

Publié par : Gaëlle | 11 mars 2012

Bonjour le printemps…


Bon, allez, y’a marre de l’hiver.
Zou, printemps, manches courtes, reprise de la couture. Pour ne pas reprendre trop vite, j’ai fait un petit haut à manches raglan dans un tissu à torchons.


Moi perso je suis très fière de la tresse que j’ai mis sur le col, je l’ai cousue à la main et on ne voit même pas la démarcation entre le début et la fin. Et puis ça a vraiment été le plus long dans cette affaire.


 

Fed up with winter, made a top to begin the spring. I’m very proud of that braid on the collar, I hand-sewed it and it really was the most difficult part.

Publié par : Gaëlle | 2 mars 2012

11 choses sur moi

Me voici à mon tour taguée ! Tout d’abord par  Cally, puis un peu plus tard pendant que je me creusais la tête par Tricotic.

Je vais donc révéler 11 choses sur moi (tintintsiiiin), puis répondre aux 22 questions; vous allez tout savoir, dites donc.

1- Une partie de mon travail consiste à faire des piqûres à des chenilles. Les jours de pas-de-chance, je pique des criquets, ce qui est une des choses les plus stressantes que j’aie jamais faites (biiiih, ça saute partout, ces saletés ! Et il ne faut pas les laisser s’échapper…)

2- Je voue un culte aux séries anglaises : Life on Mars, Doctor Who*, Blackadder, Black Books, The IT Crowd; Sherlock**… Ah, Sherlock.

3- Donc, la fermeture de Megaupload a été une sorte de drame personnel pour moi.

4- Heureusement, il reste le replay d’Arte. J’aime bien les documentaires.

5- Je suis très nulle en repassage, mais je suis super forte pour faire la vaisselle.

6- Et puis je sais cuisiner depuis que je vis toute seule comme une grande et que j’ai décidé de ne pas manger que des raviolis en boîte (j’ai fait du hachis parmentier au panais. Si je disais ça à mon moi d’il y a 1 an, je ne me croirais pas)

7- Ça fait 3 ans que je me dis que je vais commencer à apprendre l’allemand sérieusement. Car non, à la grande surprise de ceux qui confondent Alsaciens et Allemands, je ne parle pas l’allemand.

8- En revanche, le tricot en anglais est plus simple pour moi que le tricot en français (k2tog, ssk, C6F, c’est tellement plus rapide que nos surjets simples et surjets doubles, non ?)

9- De toute façon, je ne sais jamais dans quel sens penche la maille dans un surjet simple ni même dans un k2tog. Je décide moi-même du sens dans lequel je trouve ça joli.

10- Ceci parce que les mailles sur mon aiguille sont dans le sens contraire à celui dans lequel elles devraient être. En fait, pour qu’elles soient droites, je les prends comme si je voulais faire une maille torse.

11- Une des premières choses que j’ai faites en arrivant à Montpellier : chercher un café-tricot. Heureusement, il y en a un, fondé par des alsaciennes exilées comme moi. Même si des fois, la folie des cafés-tricot de l’Artichaut me manquent (et puis, 30 tricoteuses et tricoteurs dans un café, c’est à voir une fois dans sa vie, non ?)
* En l’honneur duquel j’ai tricoté une écharpe de 4 mètres de long, visible sur mon Ravelry.

** En l’honneur duquel je tricote le pull du message précédent.

Mes réponses aux questions de Cally :

* Confie-nous une de tes bêtises d’enfant

J’étais une petite fille très sage.Je ne faisais pas de bêtise, voyons. Sauf la fois ou j’ai coupé dans le devant de la robe que je portais pour voir ce que ça faisait.

* Mer ou montagne ?
Euh… Ville ?
* Cite un plat typique de ta région, et tant qu’on y est,  partage la recette !!
Ah, là, ça me pose problème. La seule spécialité de Montpellier qui me vient à l’esprit, c’est la coucougnette… Donc, je vais plutôt donner une recette alsacienne : le Battelmann (rho, le mendiant, quoi) (non, pas les bidules en chocolat, le mendiant d’Alsace).

Tu prends : du vieux pain rassis, du lait (genre plein parce qu’il va bien falloir le réhydrater tout ce pain), des cerises noires en bocal (tu sais quoi, ici je n’en trouve pas. Les Sudistes sont vraiment des rustres), du sucre, de la cannelle, du chocolat (mais pas obligé, c’est si tu veux un mendiant riche), du beurre et du kirsch si tu veux un mendiant poivrot.. Les quantités ça dépend de comment grand tu veux ton mendiant, improvise, lâche-toi quoi, fais à l’œil.
Tu trempes ton pain dans le lait un peu chaud (comme ça ça va plus vite pour le réhydrater) sucré cannelé (à ton goût, c’est toi qui vois t’es libre). Oui ça s’émiette, déstresse, c’est pas grave, c’est pas du pain perdu.
Quand ton pain est ramollo, tu le patouilles avec les cerises noires et le chocolat cassé en petits morceaux (ou alors râpé mais en gros morceaux dans ce cas). Ah et si tu veux mettre du kirsch dedans, c’est le moment.
Tu mets dans un plat à gratin (enfin ou à clafoutis, c’est pareil), tu mets des copeaux de beurre par dessus et hop, au four 200° jusqu’à que c’est cuit (1 heure, il parait).
Quoi, ma recette c’est expliqué n’importe comment ? Bon, alors tu as du mendiant version luxe (carrément avec des œufs) ici ou du un peu moins luxe mais quand même à la brioche .
* Lis-tu ton horoscope quotidiennement ?
J’en lis même deux, et ensuite je choisis mon préféré.
* Dis-moi “où tu m’emmènerais” ?
Ça dépend. Si tu ne connais pas Strasbourg, je t’emmène sans hésiter voir la cathédrale pour câliner le petit chien porte-bonheur. Si tu connais Strasbourg… Ça te dit, voir  Montpellier ? Le New York Times dit qu’il faut y aller, parce que c’est Christian Lacroix qui a fait le tram.
* Quelle odeur te ramène immanquablement en enfance ?
L’odeur du vieux linge, celui qui a été entreposé en piles toutes propres dans l’armoire pendant longtemps… Je ne sais pas si vous voyez de quelle odeur je veux parler, mais quand j’allais en vacances dans la maison de ma grand-mère, j’adorais fouiller les armoires pendant des heures et me déguiser avec les vieux habits que je trouvais.(il y avait même une étole en belette, avec les griffes qui restaient sur les pattes et tout… Berk berk quand j’y repense, mais quand j’avais 8 ans… Ben ça ne me dérangeait pas…)
* Lève tôt ou couche tard ?
Couche tard ! A choisir, mes journées commenceraient vers 10h du matin et se termineraient vers 1h. Heureusement, la recherche est un métier où les horaires sont libres, mais j’essaye quand même de ne pas arriver trop tard au labo…
* Combien de paires de chaussures possèdes-tu ?
Au dernier recensement, 7. Je me tâte sur une 8è.
* Quelle est ta saison préférée ?
L’hiver ! A quoi ça me servirait de tricoter, si je n’avais aucune saison pour porter mes pulls ? En plus, c’est la saison de mon anniversaire.

* 100 % laine ou 100 % acrylique ?
100% laine ! J’accepte un petit pourcentage de synthétique dans un fil, surtout dans le coton pour qu’il se tienne… Mais au fil du temps, je suis de plus en plus attirée par des beaux fils naturels, surtout depuis que je connais le blog de Kate Davies !

* Si je te dis : récup, brocante, seconde vie … tu me réponds ?

J’aime ! Je préfère 1000 fois un objet ancien au made in China qui ne résiste pas à grand chose et qu’est pas beau. Si il faut restaurer, j’apprends sur le tas avec Internet. D’ailleurs, je retape un vélo pliant Peugeot (celui en photo dans le message précédent), sans aucune expérience dans le domaine, juste grâce aux forums et à pas mal de tâtonnements… Oui, bon, et à une petite fortune dépensée en pièces chez Décat’ et sur Ebay. Seconde vie, on a dit.

ET celles de Tricotic :

1- Le matin, thé ou café ?
Café. Le bon déroulement de la journée dépend entièrement de si j’ai bu le jus de chaussettes que je me prépare religieusement à partir de lyophilisé Auchan dès que j’ai réussi à m’extraire du lit.

 

2- le tricot tout seul ou aussi la couture, la fabrication de bijoux, le “gros-vrai bricolage de mec” ?
Les 3 : le tricot pour son aspect « portatif », la couture de temps en temps si j’ai un après-midi de bloqué (voire 3 voire 10, parce que je ne suis pas si douée que ça en couture), le bijoutage si j’ai une idée lumineuse et le bricolage de mec pour mon vélo ou quand il y a un souci dans l’appart’ que je me sens capable de régler avec mes petits bras musclés.
3- Vous détricotez ou vous conservez vos échantillons ou bien vous ne faites jamais d’échantillons ?
En général je pars pleine de belles intentions à chaque nouveau tricot, « je vais faire un échantillon et même le laver avant tout »; puis je tricote 2 cm d’échantillon, et si le nombre de mailles est bon je décide que ça va bien comme ça, je le détricote et je commence mon ouvrage. Pour les rangs, on s’arrangera en cours de route.

4- Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Euh, attends que je jette un œil sur ma pile de table de chevet : il y a Le régiment monstrueux de Terry Pratchett, mon livre de chevet du moment, puis ses copains La ronde de nuit et les Ch’tits hommes libres du même auteur qui attendent sagement leur tour (ils sont sortis en livre de poche il n’y a pas longtemps, j’ai pris les 3 en même temps); et si j’en ai marre je peux aussi lire Parano dans le bunker de Hunter S.Thompson en me disant qu’il en manque un comme ça à notre époque.

5- Depuis combien de mois, combien d’années avez-vous un blog ?
Alors, mon tout premier blog (sur Canalblog) doit dater de 2005 ou 2006, à l’époque ou je ne tricotais pas encore mais ou je faisais 2-3 bijoux ou de la peinture sur tissu. Je l’ai supprimé sans regret il y a un moment déjà; ensuite je suis restée longtemps sur Blogspot avec le premier My Logical Song, que j’ai du tenir 3 ans et qui a terminé un peu abandonné pour cause de trop d’exams. Pleine de bonnes résolutions, j’ai crée The Rocky Road, mais je me suis vite sentie limitée par Canalblog et je n’ai pas eu plus le temps de m’occuper de celui-là que de son prédécesseur. Et donc, nous voilà sur WordPress, où pour le moment tout va bien et ou je ne me prends plus la tête si je n’ai pas posté depuis 2 mois.

6- Achetez-vous votre laine avec un projet en tête ou juste parce qu’elle vous plait ?
La laine pour un projet, toujours, parce que je n’ai pas la place de stocker et parce que les pelotes non tricotées me regardent avec leurs petits yeux tristes en me demandant pourquoi je ne m’occupe pas d’elles. Ce qui n’empêche pas que des fois le temps que j’aie la laine, le modèle ne me plaît plus, et c’est de là que vient mon petit « stash ».
7- Tricotez-vous avec le fil dans la main gauche ou dans la main droite (et cela n’a rien à voir avec le fait d’être gauchère ou droitière) ?
Dans la main gauche, à la « française » mais pas tout pareil, parce que j’ai ma technique toute personnelle.

8- le dernier remerciement que vous avez adressé ?
Tout à l’heure à la caissière qui me tendait mon ticket. J’ai fait caissière aussi, alors je sais que ça fait du bien d’avoir des clients polis.

9- Votre prochain projet ?
Mhhh…peut-être ce châle parce que j’ai déjà la laine (qui m’attend avec ses petits yeux tristes) ou alors un de ces deux. Ou alors complètement autre chose.

10- la vie en ville ou à la campagne ?
En ville, quoique le calme de la campagne commence à me faire envie en entendant mes voisins faire une soirée karaoké.

11- Est-ce que vous plongez le nez dans votre laine avant de la tricoter ou de l’acheter ou vous vous contentez de la porter à votre cou ?
Je mets une pelote dans le cou comme un dame distinguée qui essaie un parfum. Ensuite, quand personne ne regarde, je la sniffe un bon coup.

 

Bon, eh ben avec tout ça, moi j’ai la flemme d’inventer encore 11 questions, alors je ne repasse pas le tag. Mon petit pavé devrait vous occuper un moment, mais je reviendrai avec mes derniers ouvrages d’hiver🙂

A bientôt !

Older Posts »

Catégories